Editos

Nouvelle législature

Je vais être franc avec vous, cette législature qui vient de s’ouvrir s’annonce sans commune mesure avec les trois autres que je viens de vivre.

Tout d’abord, par l’acuité des problèmes à venir et la nécessité de répondre, enfin, aux vrais défis du pays tel que le Président de la République les a fort justement analysés puis traités dans le cadre de la campagne présidentielle. Plus qu’une obligation de moyens, c’est une obligation de résultats que nous avons pour redresser le pays, faute de quoi, c’est la folle aventure des extrémismes qui risque de s’offrir à nous.

Si le profond renouvellement de l’Assemblée (74% de nouveaux députés, record de la Vème République) et la féminisation (42% d’élues) sont de très bonnes choses, nous sommes face à une nouvelle génération de parlementaires comparable à nulle autre.

Devenir Député et à fortiori Sénateur était l’aboutissement d’un long processus initiatique politique (maire, conseiller départemental, conseiller régional…), professionnel, associatif ou syndical. Aujourd’hui, notamment de plus en plus jeunes, des élus arrivent aux responsabilités en n’ayant fait que de la politique comme assistants parlementaires, conseillers dans les cabinets ministériels ou permanents de partis. Ce sont des professionnels de la politique et parfois jusqu’à la caricature. Avec le non cumul des mandats, qui est une réforme dont nous n’avons pas encore « apprécié » les effets pervers, la diminution d’un tiers des circonscriptions, la mise en œuvre d’une dose de proportionnelle, c’est le lien au territoire qui va se retrouver très fortement altéré, avec le risque d’avoir des élus totalement hors sol, coupés des réalités sociales et économiques du pays. Avec une vague quelle qu’elle soit, une élection peut être facile. Réélu trois fois, je peux témoigner que garder la confiance des électrices et des électeurs est plus difficile.

En fait, je crains, qu’in fine, tout cela ne distende le lien, si ce n’est à la politique, aux politiques, et quand on ajoute à cela une importante loi sur la moralisation de la vie politique votée sous le coup de l’émotion sans tout le recul nécessaire, nous devons être très conscients des difficultés à venir !

En attendant, bonnes vacances à tous !

Amitiés,

Philippe FOLLIOT

Nous comptons sur vous !

Mes chers concitoyens,

Avec Muriel ROQUES-ETIENNE, je remercie les 14 404 électrices et électeurs qui nous ont très largement portés en tête à l’issue du premier tour des élections législatives. Je souligne l’attitude républicaine et digne de la plupart des candidats, elle est symbole de la vitalité du débat démocratique. Nous avons ensemble, en partage, des valeurs d’humanisme et de progrès conformes à l’Histoire de notre beau département.

Nous avons marqué un essai mais la victoire ne sera effective qu’après transformation. J’en appelle au rassemblement le plus large et à la mobilisation de toutes et tous pour que, dimanche prochain, la première circonscription du Tarn envoie à l’Assemblée nationale un député de la « majorité présidentielle », libre et responsable, efficace pour faire entendre haut et fort la voix du Tarn.

Plus que jamais, je resterai un député pour tous, proche de vous !

 

Amitiés.

 

Philippe FOLLIOT

Mobilisation !

En politique c’est comme en rugby, pour espérer soulever le bouclier de Brennus il faut passer les demi-finales. Pour gagner une élection, tout se joue donc au premier tour. Avec Muriel, nous avons mené une campagne digne, bienveillante, en présentant nos projets pour la circonscription et notre vision pour la France. Rassembler plutôt que diviser, proposer plutôt que critiquer, « positiver » plutôt que « négativer », tel a été notre credo. L’enjeu de ce premier tour est double :

 

  • Donner une majorité solide et stable au Président de la République Emmanuel MACRON et au Gouvernement d’unité nationale conduit par le Premier ministre Edouard PHILIPPE ;

 

  • Avoir un député pour la circonscription dynamique, expérimenté, proche des gens, qui compte dans cette nouvelle majorité et dispose d’un lien direct avec le Président et le Premier ministre.

 

Chaque voix compte et la mobilisation de tous est nécessaire pour, dès dimanche, marquer un essai, gage de victoire future tant pour notre territoire que pour la France.

Élections législatives 2017

Mes chers concitoyens,

 

Les élections législatives des 11 et 18 juin prochains revêtent un enjeu essentiel pour le pays. Il s’agit de sortir des clivages stériles droite-gauche et de donner une majorité au rassemblement impulsé par notre jeune et dynamique Président de la République Emmanuel MACRON et au Gouvernement qu’il vient de nommer, conduit par mon ex-collègue et ami Edouard PHILIPPE.

C’est une recomposition politique majeure qui s’annonce à l’instar de celle qu’avait impulsée le Général DE GAULLE en 1958 qui, pour redresser le pays, avait formé un Gouvernement d’unité nationale composé de personnalités issues de la Droite, de la Gauche et du Centre. « Privilégier toujours ce qui nous rassemble à ce qui nous divise« , vous m’avez souvent entendu parler de cela, et je me félicite qu’aujourd’hui, cette conviction devienne un des marqueurs de l’action publique.

Présent sur le terrain, j’ai entendu l’angoisse voire la désespérance de certains d’entre vous. Aussi, fort de mon expérience d’élu local et national, dynamique et volontaire, je veux y répondre et continuer à mettre mon énergie et ma détermination au service tant de notre pays que de notre circonscription.

Vive la République, vive la France !

 

Philippe FOLLIOT

Mon blog Vidéo