A la une

Où en sont les moyens de renseignement de notre Marine nationale ? Question écrite au ministre des Armées

Où en sont les moyens de renseignement de notre Marine nationale ? Question écrite au ministre des Armées

Le sénateur Philipppe Folliot, membre de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, s’est inquiété dans une question écrite (nº 10031) du 8 février 2024 des capacités de notre Marine nationale en matière de moyens de renseignement. En effet, le futur bâtiment léger de surveillance et de renseignement (BLSR), navire détenant des capacités de renseignement d’origine électromagnétique, de capacité d’écouter des communications radios, d’intercepter des signaux radar, était prévu dès 2018 dans la LPM. Or, il a disparu de la proposition de loi déposée par le gouvernement et votée au Parlement en 2023, ce quiPlus…

Le sénateur Philippe Folliot est élu président du groupe d’amitié France-Nouvelle-Zélande au Sénat

Le sénateur Philippe Folliot est élu président du groupe d’amitié France-Nouvelle-Zélande au Sénat

Lors de la réunion constitutive du groupe interparlementaire d’amitié France-Nouvelle-Zélande le mercredi 7 février 2023, le sénateur tarnais a été élu président. L’Assemblée générale, qui convoquait les 38 membres du groupe d’amitié, a permis de constater la diversité des appartenances politiques. Cette instance de travail est donc largement a-partisane et permet une grande liberté de parole. Les groupes d’amitié sont en effet des outils qui permettent aux parlementaires d’étudier des problématiques de coopération bilatérale en profondeur. Ils oeuvrent donc dans le cadre de la “diplomatie parlementaire” et permettent de renforcer les liens entre les pays partenaires et la France. CesPlus…

Le sénateur Folliot souhaite connaître le nombre de passages sur l’île de La Passion-Clipperton par la Marine nationale

Clipperton

Philippe Folliot, auteur d’un rapport parlementaire au Premier ministre sur l’île de La Passion-Clipperton, s’interroge de la surveillance maritime effectuée par la Marine nationale dans les eaux de l’île. En effet, lors de la mission d’information sur l’avenir de l’île, il avait pu débarquer directement pour constater sur place l’activité. Celle-ci est encore aujourd’hui assez réduite, notamment parce que les tournées de la Marine nationale sont distantes et qu’un faible intérêt est encore donné à cette île pourtant porteuse d’une Zone économique exclusive riche en ressource halieutique. Il a ainsi posé le 1er février 2024 la question écrite n°09926 adresséePlus…