Philippe FOLLIOT

Philippe Folliot

* 53 ans, né le 14 juillet 1963 à Albi

*  3 enfants

* Député de la 1ère circonscription du Tarn (élu depuis 2002)

* Président de l’Alliance centriste depuis septembre 2016; Président exécutif de l’Alliance centriste et Porte-parole (depuis 2009)

* 3e Vice-Président de l’UDI en charge des questions de défense nationale et de sécurité et membre du bureau exécutif de l’UDI (depuis 2012) puis

* Secrétaire de la commission de la Défense et des Forces armées

* Président du Groupe d’amitié France/Égypte

* Président du Groupe d’études Granit, pierres naturelles, carrières et matériaux de construction

* Conseiller départemental du nouveau canton des Hautes Terres d’Oc et Président du groupe d’opposition « la Passion du Tarn » au Conseil départemental du Tarn (depuis mars 2015).

* 1e adjoint au Maire de Saint-Pierre-de-Trivisy (depuis avril 2015), auparavant Maire de Saint-Pierre-de-Trivisy (mars 1989- septembre 2000 et mars 2014- avril 2015)

* Président de la Communauté de communes Vals et Plateaux des Monts de Lacaune (depuis 2014)

* Président d’Agir Pour Demain (depuis 1997)

* Conseiller municipal de Castres (2008-2014)

* Conseiller général du Tarn (1994-2008)

* Conseiller régional de Midi-Pyrénées (1998-2002)

* Ancien directeur d’un organisme de financement du logement social et d’une coopérative HLM

* Co-président et talonneur du XV parlementaire

* Président-fondateur de « La Bibliotèca » à Saint-Pierre-de-Trivisy

* Auditeur de la 61ème session nationale de l’IHEDN

* Colonel de la réserve citoyenne auprès de la 11ème Brigade Parachutiste

 

Publications :

Philippe FOLLIOT et Xavier LOUY, France-sur-Mer: un empire oublié, Editions du Rocher, 2009

Philippe FOLLIOT et Max Armengaud, Nòstra Montanha, la montagne Tarnaise, Editions la Bibliotèca, 2015

Philippe FOLLIOT, ma France – Chroniques des temps présents et futurs, Editions la Bibliotèca, 2016

 

53 ans,  père de 3 garçons (27, 25 et 18 ans), Philippe FOLLIOT habite  à Saint-Pierre-de-Trivisy. Avant son élection, il était Directeur Général d’un organisme financier dans le logement social à Castres. Philippe FOLLIOT est diplômé de Sciences Po Toulouse, et d’un DEA Études Politiques.

Né il y a 53 ans, un 14 juillet (tout un symbole !) en 1963, à Albi, Philippe FOLLIOT est le fils d’un ouvrier agricole originaire de l’Ouest venu s’installer dans le Tarn pour devenir inséminateur artificiel à Vabre puis à Saint-Pierre-de-Trivisy. Sa famille maternelle (Corbière, Raysseguier, etc…) est installée depuis des générations dans la Montagne, son grand-père étant maréchal-ferrant à Saint-Pierre-de-Trivisy.

Sa mère prématurément disparue en 1982 laissa un grand vide dans cette famille de quatre enfants, tant pour Philippe âgé alors de 19 ans que pour son frère de 16 ans et ses deux sœurs de 18 et 8 ans.

Après l’école primaire publique de Saint-Pierre-de-Trivisy, Philippe FOLLIOT a poursuivi ses études secondaires à Castres au collège Les Cèdres et au Lycée La Borde Basse. Bachelier en 1981, il fut admis la même année à l’Institut d’Étude Politique de Toulouse d’où il ressortit diplômé trois ans plus tard tout en ayant exercé divers  « petits boulots » tels que surveillant d’internat (Lycée La Borde Basse et lycée hôtelier de Mazamet) pour financer ses études.

Concomitamment à son service militaire effectué dans la marine nationale à Saint Mandrier près de Toulon, il suivit des études en licence d’histoire ainsi que sa première année de doctorat (D.E.A. d’études politiques de l’université des Sciences Sociales de Toulouse). Pendant près d’un an, à l’issu de son service national, Philippe FOLLIOT ne se sentant pas l’âme d’un futur haut fonctionnaire délaisse les cours de prépa ENA à Paris pour parfaire sa formation pendant un an à l’Assemblée Nationale en qualité d’assistant parlementaire.

Soucieux de retrouver ses racines tarnaises fin 1986, il était appelé à devenir secrétaire général d’un syndicat interprofessionnel regroupant entreprises et forces vives de l’économie départementale.

En 1989, il devenait directeur général d’un des rares organismes à vocation départementale, et au-delà, ayant son siège à Castres, avec pour objet d’œuvrer pour le financement du logement social. Sous la houlette de son conseil d’administration, avec comme pivot son directeur général, Philippe FOLLIOT et son équipe, ce groupe a pris une importance majeure ces dernières années et est devenu, avec ses filiales (plusieurs centaines de logements gérés), un des acteurs majeurs de la politique du logement social et du 1 % logement dans le Sud-Ouest de la France. Il dirige jusqu’en 2002 la Coopérative HLM « Les Maisons Claires » dont il a été vice-président par la suite ainsi que membre du Conseil Fédéral National des Coop HLM, jusqu’en novembre 2012.

Né à Albi, originaire de la Montagne, habitant Castres, marié, père de trois garçons de 26, 24 et 17 ans ayant fait leur scolarité dans le département (Castres et Albi), Philippe FOLLIOT est fort d’une expérience tant professionnelle que politique sur l’ensemble du département du Tarn. Passionné de rugby, Président et talonneur du XV Parlementaire, fidèle supporter du Castres Olympique, du SCA et de l’équipe de France, pratiquant amateur de divers sports : course à pied, V.T.T., tennis, etc.., il aime aussi beaucoup la lecture (plus particulièrement les biographies historiques, convaincu que le passé est riche de sources d’enseignements pour mieux préparer l’avenir), il a aussi des goûts musicaux éclectiques, ne va pas assez souvent au cinéma voir les films français qu’il préfère, mais trouve toujours un moment pour goûter un bon produit du terroir dans les restaurants ou repas de fêtes (il aime notamment la charcuterie de La Montagne, les tripoux, et le Roquefort !). Défenseur des terroirs et de leurs spécificités, Philippe FOLLIOT a été intronisé membre des confréries des Maseliers de Lacaune, de la Dive Bouteille de Gaillac, de l’Ail Rose de Lautrec et de la Cunhère du Sidobre. Il est président de l’Association des Œuvres Culturelles Marcel Guiraud qui a initié la première bibliothèque-restaurant-galerie d’art de France, la Bibliotèca à Saint-Pierre-de-Trivisy.

Sur le plan politique, gaulliste social depuis toujours, Philippe FOLLIOT a fait ses premières armes comme militant de base au sein du RPR. Lassé par des enjeux internes de politique politicienne, il quitta ce mouvement au tout début des années 1990, après avoir été en 1989 élu à 25 ans plus jeune maire de France à Saint-Pierre-de-Trivisy. En mars 2014, il se représente à Saint-Pierre-de-Trivisy et sera réélu, avec ses 14 colistiers, dès le 1er tour. Il passera la main en avril 2015 à son premier adjoint, Pascal CAVAILLES, suite à son élection au Conseil départemental afin de soutenir le renouvellement du personnel politique local.

En avril 2014, il est élu Président de la Communauté de communes Vals et Plateaux des Monts de Lacaune (Elle regroupe 8 communes : Castelnau-de-Brassac, Ferrières, Lacaze, Le Margnès, Le Masnau Massuguiès, Saint-Pierre-de-Trivisy, Saint-Salvi-de-Carcavès et Vabre).

Élu en 1994 au Conseil Général du Tarn dont il est resté le benjamin jusqu’en 2008, il a parallèlement assuré les plus hautes responsabilités dans divers organismes (SIVOM de Vabre, ADES des Monts de Lacaune, etc…) qui ont parachevé son expérience d’élu de terrain.

Candidat aux élections législatives de 1997, dans la 3e circonscription, il a créé la surprise en talonnant le député sortant, et ancien Secrétaire d’Etat, Jacques LIMOUZY, avec près de 20% des voix dès le 1er tour. Soucieux d’union, il s’est retiré au second tour permettant ainsi l’élection de Jacques LIMOUZY. Il fonde le mouvement politique régional Agir pour Demain qu’il préside depuis lors.

Élu Conseiller Régional de 1998 à 2002, Philippe FOLLIOT n’a eu de cesse d’œuvrer et d’agir pour son département au sein de la région Midi-Pyrénées. Indépendant et convaincu, sollicité par de nombreuses personnalités et autres formations politiques pour conduire une liste aux municipales de Castres en mars 2001, il a privilégié l’union et l’entente qui ont permis son élection en se prononçant sans équivoque dès le mois de novembre 2000 pour une liste d’union conduite par Pascal BUGIS.

Fidèle à son terroir, à ses racines et à ses convictions, c’est un homme volontaire et expérimenté qui, malgré une situation politique locale complexe (candidature, au mépris des engagements passés, de Pascal BUGIS, maire UMP de Castres), a été élu Député du Tarn en juin 2002 avec près de 57 % des voix au deuxième tour. Après une campagne difficile et particulièrement agressive du candidat UMP, il a été réélu le 17 juin 2007 avec 65% des voix contre l’adjoint au maire UMP de Castres.

Philippe Folliot à la tribune de l'Assemblée Nationale

Philippe Folliot à la tribune de l’Assemblée Nationale

En 2008, malgré un des meilleurs scores pour une liste centriste autonome au niveau national, il échoue aux élections municipales de Castres. Il préside le groupe minoritaire Castres Ensemble au côté de Nicole JEANROT et de Jacques MESTRE.

Membre de la Commission de la Défense nationale dès son premier mandat, il a successivement été rapporteur pour avis des budgets de la « gendarmerie » puis « soutien et logistique interarmées » avant d’en être élu vice-président en 2009.  Il rédige en 2011 un rapport sur les « actions civilo-militaires » (ACM). Depuis 2008, il est auditeur de la session nationale de l’IHEDN (61e). Co-auteur d’un ouvrage de référence sur la politique maritime et ultra-marine de notre pays (France sur mer, un Empire oublié, paru en 2009 aux éditions du Rocher), il reçoit en décembre 2010 le prix du Chef d’État-Major de la Marine. En septembre 2011, le ministre de la défense l’a promu colonel de la réserve citoyenne auprès du Général en chef de la 11e Brigade Parachutiste.

Fin 2009, il adhère à l’Alliance Centriste, parti créé par le président de la commission des finances du Sénat, Jean ARTHUIS. En 2013 il en devient le vice-président délégué et porte-parole national avant d’en devenir le Président exécutif en septembre 2014 et d’entamer un vaste chantier de revitalisation d’une des composantes pilier de l’UDI.

En octobre 2011 il a été l’une des toutes premières personnalités extérieures au MoDem à annoncer son soutien à François Bayrou pour la campagne présidentielle de 2012. Il est chargé des questions de défense au sein de l’équipe de campagne. Dans l’entre-deux tours des élections présidentielles, Philippe FOLLIOT se démarque des choix et des appels au vote de François BAYROU.

Après une campagne législative difficile, et en dépit d’un redécoupage électoral partisan et très défavorable, il est réélu le 17 juin 2012 député dans la nouvelle 1ère circonscription du Tarn avec 50,79 % des voix, contre le 1er secrétaire fédéral du PS tarnais, Gérard POUJADE. Ce dernier avait pourtant bénéficié de facto du soutien du candidat UMP, Richard AMALVY, éliminé dès le premier tour.

De retour à l’Assemblée Nationale, il adhère au groupe centriste UDI, en devient l’un des membres fondateur et siège au bureau exécutif de ce mouvement politique. En décembre 2014 il est nommé 3e Vice-président de l’UDI, en charge des questions de défense et de sécurité. Thème dont il est également responsable au sein du contre-gouvernement créé par l’UDI. Il est réélu à l’unanimité au bureau de la commission de la défense en tant que Secrétaire.

Connaissant l’Afghanistan où il s’est rendu à 5 reprises depuis 2008, il rédige en juillet 2012 un rapport parlementaire sur le Traité d’amitié France/Afghanistan et devient membre de la mission d’information sur le retrait des troupes françaises de ce pays. Au cours de l’année 2013-2014, il effectuera des déplacements au Mali et en République Centrafricaine pour soutenir les forces françaises engagées sur place. En février 2014, il est nommé membre des missions d’informations sur l’évolution du dispositif militaire en Afrique et suivi des opérations en cours ainsi que sur la formation des militaires.

En 2015, il est le chef de file de l’opposition départementale de droite et du centre lors des premières élections départementales. Acteur de l’union de certaines formations « rivales », c’est sous les couleurs de « la Passion du Tarn » que des binômes de candidats sont présentés sur les 23 nouveaux cantons. Seul élu Conseiller départemental au premier tour avec sa binôme Brigitte PAILHE-FERNANDEZ, il parvient, au terme d’une campagne de proximité efficace, à faire progresser l’opposition départementale (18 élus contre 12 auparavant) et à mettre en difficulté le président sortant, Thierry CARCENAC, qui ne devra son salut qu’au terme d’une triangulaire difficilement emportée et à la compromission de certains « vieux de la vieille » de la politique tarnaise. Depuis, désigné Président du groupe d’opposition, il siège à la Commission organique des Finances et de l’administration départementale.

En mai 2015, après des années à défendre la souveraineté de la France sur ses Outremers, Philippe FOLLIOT est le premier parlementaire à fouler le sol de l’îlot de Clipperton, possession française dans le Pacifique nord et « territoire le plus isolée de la République » d’où il tirera de nombreux enseignements sur la politique de long terme à mettre en œuvre pour valoriser ces territoires. Le Premier Ministre Manuel VALLS a nommé en septembre 2015 Philippe FOLLIOT Parlementaire en mission sur le devenir de l’île de Clipperton. En mai 2016, il remet son rapport intitulé « Valoriser l’Ile de la Passion (Clipperton) par l’implantation d’une station scientifique à caractère international ».

Philippe FOLLIOT est par ailleurs Président du Groupe d’amitié France/Égypte et du Groupe d’études Granit, pierres naturelles, carrières et matériaux de construction depuis 2012. A ces titres, il est amené à suivre et participer régulièrement à l’actualité politique franco-égyptienne et à défendre le savoir-faire français en matière d’industrie d’extraction et de transformation des minerais et matériaux de construction.

En 2016, Philippe FOLLIOT est élu, à l’unanimité, Président de l’Alliance centriste à la place de Jean ARTHUIS, nommé Président d’honneur. Il sort son nouvel ouvrage « ma France – Chroniques des temps présents et futurs » dans lequel il expose sa vision de notre société actuelle et de celle de demain. Il soutient Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET dans le cadre de la Primaire de la Droite et du Centre et annonce son soutien à François FILLON pour l’élection présidentielle de 2017. Après avoir rendu son rapport « Valoriser l’île de la Passion (Clipperton) par l’implantation d’une station scientifique à caractère international » à Madame George PAU-LANGEVIN, Minisitre de l’Outre-mer, en juin, il fait adopter, à l’unanimité, sa proposition de loi visant à donner un statut particulier à cette île dès le mois de novembre à l’Assemblée nationale.

 

Mon blog Vidéo