Philippe FOLLIOT visite la société OVI Plateau Central à Valence d’Albigeois

 

Le lundi 09 janvier 2017, Philippe FOLLIOT a profité de sa permanence cantonale à Valence d’Albigeois pour visiter la société OVI plateau Central.

En présence du Directeur, Monsieur Philippe LAMY, une présentation des activités a été faite suivie par une visite des locaux. OVI Plateau Central travaille dans l’engraissement des agneaux laitiers du bassin de Roquefort.  Ce métier est spécifique de notre région qui est la seule en France, avec le pays Basque, a détenir un cheptel conséquent de brebis laitières dans le cadre de la production de Roquefort.

En effet, au sein du rayon de Roquefort, on compte environs 1800 producteurs de lait qui détiennent 900.000 brebis laitières de race Lacaune. Apres la période de mise bas, les éleveurs gardent les agneaux sous la mère pendant 30 jours ; ils conservent une partie des femelles pour le renouvellement de leur troupeau et vendent le reste à des sociétés spécialisées pour réaliser un engraissement collectif et ainsi contribuer à l’approvisionnement du marché de la viande ovine Française (pour environ 900.000 agneaux par an). La société OVI Plateau Central, dont le siège est à Valence d’Albigeois, collecte ainsi 180.000 agnelets dans les exploitations laitières du bassin, auxquels il faut ajouter 30.000 brebis de réforme. Les agneaux sont engraissés dans des bergeries spécialisées en période hivernale en liaison avec la saisonnalité de la production de lait. Le métier de la société réside donc en la mise en marché de la production des éleveurs (agnelets) et la commercialisation d’agneaux finis auprès des abatteurs actionnaires. L’approvisionnement en animaux est exclusivement française, amenant ainsi de l’activité dans notre région et garantissant la production de Viande Ovine Française (VOF). Continuer la lecture

Philippe FOLLIOT à la Villégiale Saint Jacques à Castres

 

Philippe FOLLIOT s’est récemment rendu sur le site de la Villégiale Saint Jacques de Castres. Dépendant du pôle gérontologie du Centre Hospitalier Intercommunal de Castres Mazamet, cet établissement situé en centre-ville est spécialisé dans l’accueil des personnes âgées de plus de 60 ans autonomes ou ayant besoin d’aide pour la vie quotidienne. Il existe un accueil permanent et un accueil de jour permettant de recevoir, sur la journée, des personnes atteintes de pathologies Alzheimer et leur proposer des ateliers spécifiques.

La Villégiale compte 214 lits d’Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes, 14 places de Pôle d’Activités et de Soins Adaptés et 12 places d’Accueil de jour Alzheimer, Alfacoeur. En présence de Madame Agathe LAPORTE, Directrice référente, du Président du Conseil des familles, Monsieur Esteban ANDRE, et du très dévoué animateur, Monsieur Lionel NEGRE, Philippe FOLLIOT a donc visité les locaux de cet établissement en se rendant dans les services à la rencontré du personnel et des personnes âgées.  Il a ensuite profité d’un moment d’échange et de convivialité, en présence des soignants et des résidents, pour parler librement de l’actualité des conditions de travail et de soins, des problématiques liées à ce type d’établissement ou encore de ce que vivent au quotidien les personnes âgées.

Il a remercié chaleureusement Madame la directrice pour son accueil et sa présence et l’ensemble des personnes qui ont participé à ce moment convivial et de partage.

Tromelin restera totalement française !

 

Nous nous félicitons que le Gouvernement ait écouté nos légitimes arguments (consulter le note de synthèse sur le projet), entendu l’exceptionnelle mobilisation populaire (pétition signée par plus de 11 000 personnes en quelques jours) et les très nombreux messages de soutien, et qu’il ait finalement fait preuve de sagesse en retirant de l’ordre du jour de l’Assemblée nationale la ratification de cet inique et dangereux traité de cogestion de l’île de Tromelin.

Nous remercions toutes celles et ceux qui nous ont aidé et soutenu dans ce combat. Nous resterons particulièrement vigilants pour la suite et encourageons la France à éventuellement engager des négociations avec la République de Maurice pour établir un nouvel accord plus respectueux de la pleine souveraineté française.

La République demeure une et indivisible !

 

Philippe FOLLIOT                                  Laurent FURST                                                 Gilbert LE BRIS

Député UDI du Tarn                          Député LR du Bas-Rhin                              Député PS du Finistère

L’accord de cogestion de l’île de Tromelin avec la République de Maurice : un réel abandon de souveraineté !

 

Le mercredi 18 janvier prochain, l’Assemblée nationale débattra du projet de loi autorisant l’approbation de l’accord-cadre entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République de Maurice sur la cogestion économique, scientifique et environnementale relative à l’île de Tromelin et à ses espaces maritimes environnants.

Ce projet de loi, adopté à la fin de l’année 2012 par le Sénat en procédure simplifiée, c’est-à-dire sans débat ni vote en plénière, avait été inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée et a été adopté « à la hussarde » sans réel débat contradictoire en commission et aurait dû passer formellement en séance là aussi en « procédure simplifiée». Suite à la mobilisation de plusieurs députés de toutes sensibilités, ce texte, qui est revenu en procédure normale, avait été retiré de l’ordre du jour de la séance du jeudi 11 avril 2013, le Ministre de l’Outre-mer de l’époque, Monsieur Victorin LUREL, ayant fait part de sa volonté de ne pas aller au banc du Gouvernement pour défendre un tel texte. En effet, les critiques portaient à la fois sur le fond du texte, qui entraîne, avec la notion de « cogestion », un abandon de souveraineté, et sur la forme car la « procédure simplifiée » n’offrait au Parlement que la possibilité d’adopter ou refuser le texte.

Presque quatre ans après, ce texte a donc été réinscrit à l’ordre du jour et sera étudié en procédure normale ce mercredi 18 janvier. Rappelons tout d’abord que l’île de Tromelin représente et génère 280 000 km² de Zone Economique Exclusive soit presqu’autant que la France Hexagonale, Corse comprise, avec 345 000 km².

Découverte par le navire français de la Compagnie des Indes, La Diane, en 1722, l’île tient son nom du Chevalier de Tromelin, commandant de la Frégate La Dauphine qui y découvrit en 1776 sept femmes et un bébé d’origines malgaches, échoués sur cette île depuis une quinzaine d’années, après un naufrage.

Depuis la signature du Traité de Paris en 1815 et la rétrocession de l’île de France (Maurice) à l’Angleterre, la France a toujours considéré que Tromelin lui appartenait, sans que cette dernière ne soit revendiquée par l’Angleterre. L’île Maurice, quant à elle, revendique sa souveraineté en s’appuyant sur une interprétation tronquée de la traduction anglaise du Traité de Paris, version bien moins précise et plus ambigüe que la version française, alors que rappelons le, le français était utilisé comme langue officielle dans les négociations et les relations internationales.

En 1960 et à la demande de l’Organisation météorologique mondiale, la France décide d’installer sur l’île de Tromelin (et les autres îles éparses alentours) une station météorologique pour étudier les cyclones récurrents dans ces zones, sans que l’Angleterre ou l’île Maurice (encore possession britannique à cette époque) ne revendique une quelconque souveraineté. Aujourd’hui, trois personnels des T.A.A.F, relayés tous les deux mois, sont toujours installés sur cette île. Continuer la lecture

Mon blog Vidéo