Solidarités intergénérationnelles

Le fait, en quelques mois, de perdre son père et d’être, pour la première fois de sa vie, grand-père, change inéluctablement le regard et l’approche de la vie. Le lien entre les générations et le cycle immuable de leur succession est le fil conducteur de l’existence. Depuis toujours, la solidarité intergénérationnelle a existé avec trois périodes distinctes, deux où l’on bénéficie (enfance-jeunesse et vieillesse) et une où l’on donne (âge adulte). Pendant très longtemps organisée et cantonnée au cercle familial, au fur et à mesure de l’évolution de nos sociétés, cette fonction a été externalisée (avec les crèches, garderies, écoles, aides à domicile, structures d’accueil, EHPAD…) et une solidarité financière, avec les régimes de retraite, a été mise en place.

C’est à la fin du XIXème siècle que ces régimes se sont, petit à petit, organisés et institutionnalisés et, peu après, généralisés. En 1945, nous avons manqué le grand rendez-vous de l’uniformisation notamment dû à un certain corporatisme de quelques régimes qui, avec beaucoup d’actifs et peu de retraités, avaient peur de cotisations plus élevés dans un système universel. Paradoxalement, la situation de ces régimes, agricole notamment, s’est totalement inversée avec de lourdes conséquences par la suite sur le niveau des pensions. Comme c’est souvent le cas en France, les comportements corporatismes jumelés à la faiblesse, pour ne pas dire plus, de certains gouvernements ont accentué les déséquilibres entre les régimes à tel point qu’il y a, aujourd’hui, une inégalité des plus flagrantes qui soit en la matière. Si le principe de répartition est à garder (les actifs d’aujourd’hui paient les pensions des retraités d’aujourd’hui), si les replâtrages successifs (hausses et allongements des durées de cotisation, recul de l’âge de départ…) ont permis d’éviter l’implosion du système, qui demeure, malgré tout, en partie déficitaire, il fallait faire quelque chose pour corriger ces inégalités !

Le courage d’Emmanuel MACRON lors de la dernière campagne de l’élection présidentielle est d’avoir clairement annoncé une réforme de notre système de retraite et aujourd’hui de vouloir la mettre en œuvre. De manière cohérente, et sans ambiguïté, je le soutiens, ainsi que le Gouvernement, dans cette démarche.

Sur la forme tout d’abord, en privilégiant, dans un premier temps, le dialogue et la concertation avec les partenaires sociaux d’une part, et les Françaises et les Français d’autre part. A ce titre, je salue le travail du Haut-commissaire à la réforme des retraites, Monsieur Jean-Paul DELEVOYE, et de ses équipes et l’énergie déployée pour expliquer, convaincre et analyser. La concertation va continuer puis des propositions seront faites. Le Gouvernement prendra ses responsabilités et présentera, à la mi-2019, un projet de loi dans la foulée débattu à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Sur le fond enfin, le principe de retraite par point, où chaque euro cotisé ouvrira les mêmes droits à tous, remet en avant le principe républicain d’universalité et d’égalité que nous avions perdu. En effet, à l’exception du régime des militaires, dû à la spécificité de leurs fonctions et à la nature-même de leur engagement, avec pour conséquence suprême le sacrifice de leur vie, il n’y aura plus qu’un seul régime.

En effet, ce futur système remplacera les 42 régimes existants et sera public, par répartition comme aujourd’hui. Il couvrira tous les Français. Un système par point, plus juste et plus simple sera mis en œuvre. Toutes les périodes travaillées donneront lieu à des cotisations engendrant des points dans un compte unique. Enfin les mécanismes de solidarités seront renforcés. Des points seront accordés pour chaque enfant et pour compenser les interruptions d’activité. Un plancher garantira un niveau de pension aux personnes ayant travaillé toute leur vie à temps partiel ou avec des revenus modestes. Des pensions de réversion garantiront le niveau de vie des veuves après le décès de leur conjoint…

Je sais, nous sommes tout à fait conscients que, quand on touche à des sujets aussi importants, ce n’est pas simple et cela n’ira pas sans réactions. L’Honneur du politique et le courage des gouvernants, c’est d’aller au bout quand l’essentiel est en jeu, pour nous, peut-être, mais surtout pour les jeunes générations, dont… mon adorée petite-fille !

Amitiés, 

Philippe FOLLIOT

Solidarités intergénérationnelles