Circonscription

Philippe FOLLIOT visite les établissements UMT de Valence d’Albigeois

Philippe Folliot, député du Tarn, et Gisèle Dedieu, députée suppléante, entourés de Gabriel Guy, Président de l’UMT-Mutualité Tarnaise, Jacques Fourès, Secrétaire général, Jean-Luc Tanchou, Directeur général, Paul-Fra

Philippe Folliot, député du Tarn, et Gisèle Dedieu, députée suppléante, entourés de Gabriel Guy, Président de l’UMT-Mutualité Tarnaise, Jacques Fourès, Secrétaire général, Jean-Luc Tanchou, Directeur général

Philippe FOLLIOT, député du Tarn, s’est rendu dans les établissements UMT de Valence d’Albigeois, le 10 février dernier accompagné de Gisèle DEDIEU, députée suppléante. Accueilli par Gabriel GUY, Président de l’UMT-Mutualité Tarnaise, Jacques FOURES, Secrétaire général, Jean-Luc TANCHOU, Directeur général, Paul-François COLLIN, Directeur des établissements mutualistes de santé, le docteur Caroline ROQUES, médecin gériatre et trois cadres de santé, il a visité les installations de rééducation, découvert les logements spécialement aménagés pour les personnes âgées et pris connaissance de la diversité des services proposés localement par l’UMT-Mutualité Tarnaise. Le site de Valence, repris en 1977 et réaménagé par l’UMT-Mutualité Tarnaise, offre, depuis son ouverture en 1980, un établissement de soins de suite et de réadaptation pour personnes âgées (CRPA), un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (la résidence Bel’Air), une unité d’hébergement temporaire Alzheimer et un service de soins infirmiers à domicile (SSIAD). Une présentation des activités sanitaires et sociales de l’UMT-Mutualité Tarnaise a permis au député tarnais d’apprécier « la diversité des domaines d’intervention et des implantations de l’UMT ainsi que l’importance de l’entreprise en tant qu’employeur, notamment dans le secteur rural de Valence d’Albigeois avec 130 personnes employées localement ». Philippe FOLLIOT s’est félicité de la « prise de contact direct avec les praticiens » dont il a pu bénéficier lors de la visite et a assuré les dirigeants mutualistes de son soutien en tant que « porte-parole à l’Assemblée nationale pour les questions portant sur le handicap, la dépendance et l’accompagnement des personnes âgées ».

Philippe FOLLIOT participe au collectif parlementaire sur le Loup

loupPhilippe FOLLIOT a dernièrement adhéré à un nouveau collectif lancé par Pierre MOREL-A-L’HUISSIER, député de la Lozère, relatif à la question du loup en France. Ce collectif parlementaire « loup » apparaît comme nécessaire au regard de son expansion territoriale et des nombreux troupeaux qui en sont victimes. Il donne l’occasion  aux parlementaires de se rassembler de se mobiliser pour aider les agriculteurs et les éleveurs qui se trouvent aujourd’hui dans une situation alarmante. Venant d’Italie et par les Alpes, en une vingtaine d’années de progression à travers le sud du pays, le loup est déjà en Lozère et se rapproche dangereusement de la montagne tarnaise. Pour les éleveurs d’ovins des Monts de Lacaune, une telle funeste perspective est inacceptable. En effet, depuis 1993 le gouvernement a initié plusieurs plans d’action pour tenter de faire cohabiter le développement de la population de loup avec les activités d’élevage. Seulement,  entre 2011 et 2012, les attaques ont augmenté de 30% et les victimes de 25%. Les éleveurs de plus en plus impuissants, pointent du doigt le directive Habitat qui ne leur permettrait pas d’être  réactifs et efficaces en cas d’agressions, car elle classerait le loup comme une espèce strictement protégée, interdisant ainsi tout prélèvement (sauf conditions dérogatoires extrêmement précises), pourtant autoriser par le nouveau plan loup mis en place cette année. Ce collectif dont la première réunion a eu lieu mardi 15 octobre en présence de Philippe FOLLIOT, membre du bureau, a ainsi pour vocation de mobiliser les pouvoirs publics, afin d’essayer de trouver des solutions efficaces à un problème prégnant, face une sollicitation légitime et constante des éleveurs.

Jeudis de la Bibliotèca ; CO-SCA : Complémentarité, fusion ou concurrence ?

Philippe FOLLIOT avec Michel DHOMPS, président du CO, à gauche, et Jean-Jacques CASTANET, président du SCA, à droite.

Philippe FOLLIOT avec Michel DHOMPS, président du CO, à gauche, et Jean-Jacques CASTANET, président du SCA, à droite.

Jeudi 10 octobre, Michel DHOMPS, président du Castres Olympique, et Jean-Jacques CASTANET étaient les invités de Philippe FOLLIOT, président de l’Association pour les Oeuvres Culturelles Marcel Guiraud, dans le cadre des jeudis de la Bibliotèca qui, depuis plus de deux ans, anime l’activité culturelle de la montagne autour des dîners-débats qu’elle organise. La question qui était posée ce soir-là aux deux président de clubs tarnais était la suivante « CO-SCA: complémentarité, fusion ou concurrence? ». Devant une salle remplie, composée d’amateurs et d’amatrices de rugby, les deux présidents ont défendu l’intérêt du rugby départemental afin de lutter face au 4 ou 5 clubs qui mettent beaucoup d’argent. Dans le domaine de la complémentarité, ils expliquent qu’il y a une marge de progression importante en donnant comme exemple la bonne entente lors du transfert de l’albigeois Geoffrey PALIS, « méritant de rejoindre l’élite », et en retour l’échange avec Florian VIALLELE, un peu «barré» par la concurrence au CO, qui est allé renforcer le SCA, cette saison. Certes ils admettent que la rivalité a existé, mais ils défendent aujourd’hui une synergie. La question des stades a été évoqué. Continuer la lecture

Philippe FOLLIOT visite l’atelier bois de Puygouzon

Matthieu, …à gauche, participera aux olympiades de l'apprentissage

Matthieu, …à gauche, participera aux olympiades de l’apprentissage

Philippe FOLLIOT s’est rendu la semaine dernière, en compagnie de la préfète Josiane CHEVALIER, à l’atelier bois de Puygouzon afin de mettre à l’honneur l’apprentissage et de soutenir le jeune Matthieu qui représentera la France aux 42es Olympiades des métiers, du 2 au 7 juillet 2013 à Leipzig en Allemagne. Le député a rappelé l’importance de l’apprentissage dans notre système éducatif en réaffirmant l’excellence de cette voie qui permet à de nombreux jeunes de valider une formation qualifiante. Il a pu vivement constater lors d’un échange inter parlementaire à Nuremberg une grande différence entre le système allemand et le système français en matière d’apprentissage et particulièrement le retard pris par la France dans le domaine de l’apprentissage. Il a remercié Monsieur Guy-Pierre BLANC, cogérant de l’établissement,  et ses équipes pour les efforts faits par sa dynamique entreprise pour la formation et l’insertion des jeunes par l’apprentissage qui est une voie d’excellence à suivre.

Mon blog Vidéo