Grain de sable

Dans les rouages les plus élaborés, un simple grain de sable suffit parfois à gripper les mécaniques les mieux huilées.

C’est un simple grain de sable, la lecture de l’ordre du jour de la semaine du lundi 8 avril 2013 et la découverte de l’inique et scandaleux traité de cogestion de l’île de Tromelin et des mers environnantes, qui, après moult péripéties, a mis fin in fine trois ans après à la quasi-certaine ratification.

Le grain de sable allié au volontarisme peut, on vient de le voir, faire bouger les lignes et même mieux, empêcher l’inéluctable d’arriver.

Pour moi la France est grande lorsqu’elle est sûre de son droit, lorsqu’elle est fière et reste intransigeante sur ses principes. La souveraineté, même pour « une petite île perdue au milieu de l’océan » ne se brade pas, elle se défend. Cependant lorsqu’un Etat doute à ce point de lui-même, et est si fragile sur la défense de son intégrité, c’est qu’il file, si vous me permettez l’expression, un « mauvais coton ».

« La République est une et indivisible ». Avec le retrait de ce traité, grâce à l’action transpartisane menée avec mes amis Laurent Furst (L.R/Bas Rhin) et Gilbert Le Bris (PS/Finistère) nous avons fait triompher le droit inaliénable du pays, de rester fidèle à l’article premier de la Constitution.

Plus encore, c’est « lou biais », le bon sens paysan qui a triomphé. Cette sagesse populaire qui s’est manifestée par des centaines de messages de soutien et des milliers de signatures à la pétition « Tromelin doit rester française ».

Au fond, d’eux-mêmes, les peuples sont sages et comprennent qu’il y a des limites à ne pas franchir, et le rôle des parlementaires c’est d’être le relais, pour ne pas dire les sentinelles, quand la mécanique, en l’occurrence diplomatico-administrative, s’est enrayée.

J’ai toujours dit que « la France se croit continentale et européenne, alors qu’elle est maritime et mondiale ! » cela, fusse-t-il grâce à un grain de sable, nous ne devrions jamais l’oublier.

Amitiés.

 

Philippe FOLLIOT

 

Mon blog Vidéo