Rapports parlementaires

Philippe FOLLIOT dans la Revue Parlementaire

Clipperton 1

Le 9 juin 2016, Philippe FOLLIOT remettait à Madame George PAU-LANGEVIN, Ministre des Outre-mer, son rapport sur le devenir de l’île de la Passion (Clipperton). Suite à cela, la Revue Parlementaire, et plus particulièrement Monsieur Antoine DE FONT-REAULX, a alors consacré un article en juin 2016 à la remise de ce rapport et aux conclusions présentées par Philippe FOLLIOT.

La Revue Parlementaire, en septembre 2015, avait déjà consacré à Philippe FOLLIOT, tout juste nommé parlementaire en mission, présentant ses objectifs et ses ambitions pour l’atoll de Clipperton. Ainsi, Philippe FOLLIOT, après avoir été le premier et le seul homme politique à se rendre à Clipperton, souhaitait « défendre une certaine vision de la France et l’héritage que nous avons ».

Suite à la publication de son rapport, la Revue Parlementaire s’est donc intéressée aux 21 propositions exposées, définies par la Ministre de l’Outre-mer comme « une feuille de route », et à cet atoll qui « abrite un potentiel remarquable ». Ainsi, il est proposé de créer une station scientifique à caractère international pour « affirmer la souveraineté nationale », de rebaptiser l’île en « île de la Passion », de nettoyer l’île des munitions laissées, des déchets ou encore des rats et de mettre fin aux licences de pêches gratuites. Continuer la lecture

Philippe FOLLIOT remet son rapport parlementaire sur le devenir de l’île de La Passion (Clipperton) à la Ministre des Outre-mer

Philippe FOLLIOT aux côtés de Madame George PAU-LANGEVIN, Ministre des Outre-mer, suite à la remise de son rapport sur "Clipperton, île de La Passion"

Philippe FOLLIOT aux côtés de Madame George PAU-LANGEVIN, Ministre des Outre-mer, suite à la remise de son rapport sur « Clipperton, île de La Passion »

 

Nommé parlementaire en mission sur le devenir de l’île de La Passion (Clipperton) par le Premier ministre en septembre 2015, Philippe FOLLIOT a remis officiellement ce jour, jeudi 9 juin 2016, à Madame George PAU-LANGEVIN, Ministre des Outre-mer, le rapport qui en résulte.

Auteur en 2009 de France-sur-Mer, un empire oublié, spécialiste à l’Assemblée nationale des territoires d’Outre-mer que sont les Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF), les îles Éparses et Clipperton, Philippe FOLLIOT a été au mois d’avril 2015 le premier élu de la République à se rendre sur cette île inhabitée, unique possession française dans le Pacifique nord. Le Député du Tarn avait alors tenu un carnet de bord et écrit au président de la République pour l’interpeller sur l’avenir de ce territoire, un des plus isolés au monde. Il confère pourtant à la France 436 000 km² de Zone économique exclusive, contre 345 000 km² pour la métropole.

Dans son rapport, intitulé « Assurer la gestion durable et la protection de l’unique territoire français du Pacifique Nord – Valoriser l’île de La Passion (Clipperton) par l’implantation d’une station scientifique à caractère international », Philippe FOLLIOT a formulé 21 recommandations.

Il préconise de créer une collectivité ad-hoc sur le modèle des TAAF, et propose de mettre en œuvre des mesures urgentes de gestion et de conservation, en procédant notamment à l’enlèvement des déchets, à la neutralisation des munitions datant de la seconde guerre mondiale, ainsi qu’à l’atténuation des facteurs de déstabilisation du milieu.

La renégociation des accords de pêche est un objectif fondamental, ainsi que la fin de la gratuité des licences de pêche.

L’ensemble de ces mesures ont pour vocation de favoriser l’implantation d’une station scientifique à caractère international, seule manière de réaffirmer la souveraineté nationale tout en valorisant ce territoire de la République et en protégeant ses espaces et ses richesses environnementales et halieutiques.

La Ministre des Outre-mer a remercié et félicité M. FOLLIOT pour son travail, et a indiqué que ce rapport constituerait une base utile de réflexion afin d’envisager les évolutions possibles pour le développement de l’île de La Passion. Le Député du Tarn espère que de très prochaines décisions seront prises pour sortir ce territoire de la situation d’abandon dans laquelle il se trouve actuellement. Une réunion de travail sera d’ailleurs organisée avec le Premier ministre, au mois de juillet.

 

Consulter le Rapport final de Philippe Folliot sur l’île de Clipperton

Voir les articles en lien avec le rapport de Philippe FOLLIOT sur « Clipperton, île de La Passion »:

http://www.bienpublic.com/actualite/2016/06/12/clipperton-l-ile-oubliee-de-la-republique

http://la1ere.francetvinfo.fr/un-relooking-express-envisage-pour-l-atoll-de-clipperton-369323.html

http://www.ladepeche.fr/article/2016/06/14/2365151-philippe-folliot-defend-ile-oubliee-clipperton-pacifique.html

 

Philippe FOLLIOT en déplacement en Polynésie dans le cadre de sa mission parlementaire

Philippe FOLLIOT en compagnie d'Edouard FRITCH, de Jean-Paul TUAIVA, Christian JOST et Thomas PAILLOUX

Philippe FOLLIOT en compagnie d’Edouard FRITCH, de Jean-Paul TUAIVA, Christian JOST et Thomas PAILLOUX

Parlementaire en mission sur le devenir de l’île de Clipperton, le député du Tarn Philippe FOLLIOT s’est rendu en Polynésie française du 10 au 20 janvier, missionné par Madame George PAU-LANGEVIN, Ministre des Outre-Mer. Accompagné du commissaire principal (marine) Thomas Pailloux, du secrétariat général de la mer, la mission a bénéficié sur place de l’expertise du Professeur Christian Jost, de l’université de Polynésie française, qui avait notamment dirigé la mission « Passion 2015 ».

Un programme particulièrement dense, que vous trouverez en pièce jointe, a amené le parlementaire à rencontrer les différentes autorités : le haut-commissaire de la République M. Lionel BEFFRE, le président de la Polynésie française M. Édouard FRITCH, le président de l’Assemblée de Polynésie M. Marcel TUIHANI ; ainsi que ses collègues parlementaires et un certain nombre d’experts sur les questions scientifiques, maritimes, logistiques et d’ingénierie.

Polynésie 3

Les enjeux relatifs au devenir de la seule possession française du Pacifique nord ne sont pas anodins, ne serait-ce qu’au regard de la zone économique exclusive (ZEE) ouverte par cette île soit 435 000 km², là où l’ensemble de la ZEE ouverte depuis les côtes métropolitaines n’offre que 345 000 km².

Le devenir de l’île de la Passion – le nom originel de Clipperton –, les flux logistiques pour alimenter la future station scientifique à vocation  internationale, éventuellement à partir des îles Marquises, le construction d’un abri paracyclonique, l’ouverture d’une passe ou encore la dératisation de l’île sont autant de défis que le Philippe FOLLIOT a examiné au cours de son déplacement, pouvant ainsi mesurer pleinement l’expertise et les savoir-faire des entreprises polynésiennes dans ces différents domaines.

Polynésie

Au terme de sa mission le mois prochain, le Député rendra son rapport au Premier ministre Manuel VALLS, dans lequel il proposera les contours d’une organisation et les modalités de mise en valeur de ce territoire abandonné et dont les eaux sont soumises à une exploitation déraisonnable et irrationnelle par des pêcheurs mexicains, dans le cadre d’un accord de pêche qu’il est impératif de renégocier.

Consulter le programme de son déplacement en Polynésie

Traité de coopération franco-afghan : Philippe Folliot rend son rapport

Traité de coopération franco-afghan : Philippe Folliot rend son rapportDans le cadre des travaux de la commission de la défense dont il est le Secrétaire, Philippe FOLLIOT a rendu ce mercredi un rapport pour avis sur le projet de loi autorisant la ratification du traité d’amitié et de coopération entre la France et l’Afghanistan.

Bien qu’il ait regretté le peu de temps imparti à l’examen de ce texte (15 jours), Philippe FOLLIOT a remis une étude approfondie du projet de loi en mettant à profit sa connaissance personnelle du terrain. Hier, à l’occasion de la discussion du projet de loi, il a résumé le contenu de son rapport devant ses collègues de l’Assemblée nationale.

La finalité de ce traité est de renforcer le régime en place en l’aidant à faire face aux nombreux défis qu’il devra bientôt pleinement assumer (stabilité politique, développement, modernisation, paix civile…).

Pour ce faire, le traité vise à organiser l’action de la France au terme du retrait de ses troupes, afin que l’Afghanistan puisse poursuivre ses efforts quant à la mise en place d’institutions consolidées, qu’elles soient judiciaires, militaires ou policières. Et alors que la menace des insurgés et le spectre d’une guerre civile sont loins d’être écartés, le volet militaire du traité est pour le moins déterminant. Toutefois, d’autres secteurs sont également concernés, tels que l’agriculture et l’éducation.

Voici la retranscription intégrale de l’intervention de Philippe FOLLIOT :

M. Philippe Folliot, rapporteur pour avis de la commission de la défense et des forces armées. Madame la présidente, monsieur le ministre, monsieur le ministre délégué, chargé du développement, mes chers collègues, voilà plusieurs années que je suis tout particulièrement notre engagement militaire en Afghanistan. Je me suis rendu à quatre reprises sur ce théâtre entre 2008 et 2011, notamment à la suite de l’embuscade d’Ouzbine, pour partager le quotidien du 8e RPIMA de Castres, ou encore dans le cadre d’une mission d’information sur les actions civilo-militaires menées avec notre collègue Guy Chambefort, que je salue.

C’est donc avec un intérêt tout particulier que j’ai travaillé sur ce projet de traité, même si je regrette que l’Assemblée nationale dispose de si peu de temps – quinze jours – pour étudier un sujet aussi crucial, alors que la partie afghane semble, elle, prendre son temps pour le ratifier. Continuer la lecture

Mon blog Vidéo