Communiqués

La France accueillera la coupe du monde de rugby en 2023 !

Le mercredi 15 novembre 2017 restera une journée historique pour la France et le sport Français ! Le Wolrd Rugby, par la voix de son Président Bill BEAUMONT, a officiellement désigné notre pays pour l’accueil de la coupe du monde de rugby en 2023.

L’Amicale Parlementaire de Rugby se réjouit de cette décision et félicite chaleureusement la Fédération Française de Rugby, son Président Bernard LAPORTE et l’équipe « France 2023 » menée par Claude ATCHER.

Un an avant les Jeux Olympiques de Paris 2024, au-delà des importantes retombées économiques attendues et de l’élan populaire qu’elle suscitera, cette compétition est une opportunité exceptionnelle pour le sport français en général et le rugby en particulier, et nous permettra de rayonner à travers le monde. Nous sommes plus que jamais aux côtés de la FFR et des acteurs qui organiseront cet événement pour que « France 2023 » soit une belle réussite !

L’Amicale Parlementaire de Rugby soutient France 2023 !

Après les recommandations de World Rugby, la Fédération internationale de rugby, publiées le mardi 31 octobre dernier, l’Amicale Parlementaire de Rugby soutient, dans cette dernière ligne droite, la candidature « France 2023 » à l’organisation de la Coupe du monde de rugby.

L’Amicale salue la présentation du projet faite par Bernard LAPORTE, Président de la Fédération Française de Rugby, et Claude ATCHER, Directeur de la candidature « France 2023 », lors de leur audition devant les députés le mercredi 8 novembre.

Parlementaires de toutes sensibilités, nous souhaitons la réussite de cette candidature qui permettrait à la France d’assoir sa position centrale dans l’échiquier du sport mondial, renforcerait le lien social dans notre pays et permettrait des retombées économiques de grande ampleur.

L’Amicale Parlementaire de Rugby est « à fond » derrière toute l’équipe de « France 2023 » pour que notre pays organise la Coupe du monde de Rugby.

Les élus et la population de la 1e circonscription du Tarn consultés sur les blocages administratifs de la société française dans le cadre des « Ateliers du territoire »

L’élection du Président Emmanuel MACRON résulte d’un engagement fort de transformation profonde de la France afin d’en libérer les énergies. Les députés de la majorité, parmi lesquels Philippe FOLLIOT, député de la première circonscription du Tarn, souscrivent pleinement à cette nécessité que les français appellent massivement de leurs vœux.

Le Président MACRON a parrainé un certain nombre de groupes de travail informels afin de mener des consultations et réflexions visant à préparer cette transformation en profondeur. Cette méthode fait des députés les centralisateurs des demandes de la société qu’ils sont chargés de consulter d’ici la fin de l’année. En donnant la parole aux acteurs des territoires, ce sont les idées les plus concrètes qui seront présentées au Parlement.

Intéressé par les questions visant à libérer la France des blocages administratifs paralysant notre société, Philippe FOLLIOT n’a pas tardé à s’impliquer. Il a d’ores et déjà mené divers entretiens et réflexions collectives au sujet des contraintes relatives aux points de passages frontaliers, aux microcentrales hydroélectriques, à l’accessibilité des lieux publics en zone rurale ou encore aux établissements publics fonciers locaux.

Désormais, avec Muriel ROQUES ETIENNE, députée suppléante qui pilotera l’opération, ils souhaitent associer l’ensemble des élus locaux et de la population à cette grande consultation. Par leur connaissance des réalités de leur commune ou de leur canton, ils sont les plus à même de constater où se situent les points de blocage de la France. Afin d’identifier clairement ces freins pour, par la suite, trouver ensemble les façons d’y répondre, Philippe FOLLIOT invite l’ensemble des volontaires de sa circonscription à trois « Ateliers du territoire » où ils pourront « remonter l’information » quant aux entraves paralysant le quotidien des élus et des administrés.

Les Ateliers du territoire auront lieu le vendredi 27 octobre

à 10h à la mairie de Roquecourbe ;

à 13h30 à la mairie de Villefranche d’Albigeois ;

et à 16h à la mairie de Viane.

Tout le monde, sans exception, est convié pour s’atteler dans une démarche collective à la refondation du pays.

Les députés de la République en Marche s’engagent pour les territoires

130 députés de la majorité, parmi lesquels les trois députés du Tarn, ont publié pour le Huffington Post une tribune intitulée « Notre plan pour aller encore plus loin dans la décentralisation » dans laquelle ils expriment leur engagement à œuvrer à une meilleure équité entre territoires de notre pays.

« Le président des villes contre les élus des territoires: ce serait donc la nouvelle ritournelle que tente d’installer le parti LR depuis quelques semaines. Regonflés par des sénatoriales mécaniquement favorables et en quête d’une nouvelle virginité en vue d’élections internes, les conservateurs surjouent la carte des enracinés contre les mondialisés. L’image paraît belle à nombre de commentateurs, s’engouffrant dans le simplisme des analyses post-Brexit ou post-Trump qui avaient exacerbé ce clivage. Sauf que cette image confère au fantasme. Tout le monde se rejoint pour constater les inégalités territoriales. Tout le monde perçoit ce décalage croissant entre les métropoles, la ruralité et les territoires intermédiaires, sans oublier l’outremer. Tout le monde constate la fracture numérique, les déserts médicaux, les difficultés de mobilité et d’accès aux services publics. L’exécutif et la majorité sont évidemment conscients de ces réalités. Lors de la campagne, rappelons que notre programme a été construit sur la base d’un diagnostic précis des réalités du pays – la Grande Marche -, qui n’avait pas manqué de mettre en lumière ces difficultés. Accuser le Président de vouloir les accentuer plutôt que les résorber est un non-sens. »

Retrouvez la suite en ligne en cliquant ici

Mon blog Vidéo