Vu dans les médias

Mon plaidoyer pour « L’ARCHIPEL FRANCE »

 

Outre-mer et Mer  sont deux atouts stratégiques qui, ensemble, doivent être valorisés. En effet, la France n’est pas continentale et européenne, elle est maritime et mondiale. Aussi avec le projet « Archipel France » que je propose, il s’agit d’affirmer la dimension universelle de la France qui ne doit plus être réduite au seul territoire hexagonal. L’Etat doit repenser sa relation à l’outre-mer et à la mer. Il s’agit de continuer à assumer nos missions régaliennes, mais mieux !  et, surtout, à consacrer plus d’efforts à l’économie, bleue en l’occurrence ! Il faut donner une inspiration gaullienne pour une politique de long terme en la matière, pour ce, je propose de créer un grand Ministère des Outre-mer et de la mer.

 

La France est une nation « maritime et mondiale » à la fois.

Les défis majeurs du 21ème siècle passeront par une exploitation raisonnable et raisonnée des ressources des mers et des océans (alimentation, énergies renouvelables, eau …etc.). Avec plus de 11 millions de km², notre pays possède le deuxième domaine maritime au monde (dont 97 % grâce à l’Outre-mer). D’ailleurs, la France est le seul pays au monde présent sur quatre continents et sur toutes les mers chaudes et froides. Il est impératif de prendre la mesure de l’atout considérable que représentent à la fois les Outre-mer et notre domaine maritime et d’y préserver notre souveraineté nationale. Il s’agit aussi d’apporter une réponse économique aux problèmes que connaissent les Outre-mer qu’à défaut, on ne pourra que subir (l’immigration clandestine, la montée de la radicalisation, la lutte contre la pêche illégale ou le pillage de nos ressources minérales, chômage endémique et son traitement social…).

Reconnaître cette double caractéristique de notre Nation, « maritime et mondiale », c’est  s’appuyer résolument sur trois piliers. Continuer la lecture

Le XV Parlementaire contre le British Parliament : l’autre Crunch qui fait la Une !

 

Le samedi 04 février 2017, Philippe FOLLIOT, Co-président et talonneur du XV Parlementaire, a participé au match du XV contre le British Parliament à Richmond en Angleterre.

Seul député français sur le terrain, Philippe FOLLIOT a mené l’équipe lors d’ un très bon match de rugby rugueux mais respectueux. Si la France s’est inclinée 43-39 contre l’Angleterre (XV Communs and Lords), le principal était ailleurs.  Comme ses homologues, les français ont vaillamment poussé leurs adversaires dans leurs retranchements et ont livré un beau et valeureux combat face à une équipe rajeunie.

A la fin du match, l’ensemble des joueurs et des personnes présentes ont pu, comme d’habitude, partager un moment de convivialité. Ils se sont ensuite rendus à Twickenham  pour la première grosse affiche du tournoi des VI nations lors de laquelle le match s’est continué en tribunes … match cette fois-ci remporté par la délégation française ! Il est à noter que, même si le XV Parlementaire participe aux relations interparlementaires, il ne bénéficie pas de financements publics. A la demande des deux coprésidents Philippe FOLLIOT (UDI) et Germinal PEIRO (PS) et conformément aux règles de déontologies de l’Assemblée nationale,  l’équipe est seulement aidée par des partenaires privés (achats de maillots et équipements).. Chaque déplacement est pris en charge par les membres de l’équipe qui, de surcroît, pour les matchs à domicile, procèdent à une quête pour financer des opérations sociales et caritatives (playrugby ; fondation Ferrasse…).

Il est à noter que, lors de ce déplacement, une équipe de journaliste de TF1 a accompagné le XV Parlementaire dans le cadre du nouveau reportage « Tribune Libre » diffusé lors du JT de TF1 du 5 février 2017. Vous trouverez ci-après le lien de la vidéo pour un regard décalé sur l’actualité sportive : voir le reportage sur le JT de TF1.

Tromelin restera totalement française !

 

Nous nous félicitons que le Gouvernement ait écouté nos légitimes arguments (consulter le note de synthèse sur le projet), entendu l’exceptionnelle mobilisation populaire (pétition signée par plus de 11 000 personnes en quelques jours) et les très nombreux messages de soutien, et qu’il ait finalement fait preuve de sagesse en retirant de l’ordre du jour de l’Assemblée nationale la ratification de cet inique et dangereux traité de cogestion de l’île de Tromelin.

Nous remercions toutes celles et ceux qui nous ont aidé et soutenu dans ce combat. Nous resterons particulièrement vigilants pour la suite et encourageons la France à éventuellement engager des négociations avec la République de Maurice pour établir un nouvel accord plus respectueux de la pleine souveraineté française.

La République demeure une et indivisible !

 

Philippe FOLLIOT                                  Laurent FURST                                                 Gilbert LE BRIS

Député UDI du Tarn                          Député LR du Bas-Rhin                              Député PS du Finistère

L’île de Tromelin doit rester française !

Pourquoi notre pays accepterait-il de se rabaisser ? La France doit-elle douter à ce point d’elle-même pour qu’elle en arrive à « brader » ainsi sa souveraineté ?

Tromelin est une île d’un kilomètre carré située dans l’Océan indien (à 450 km à l’Est de Madagascar et à 535 km au Nord de l’île de la Réunion) et celle-ci est sur le point d’être concédée en gestion partagée sans contrepartie à l’île Maurice : ce bout de France est menacé par l’aveuglement de nos diplomates et par la lâcheté de certains politiques.

Tromelin n’a pas seulement connu une aventure humaine exceptionnelle, si bien décrite par Irène Frain (http://www.irenefrain.com/les_naufrages_de_lile_tromelin.php)… Elle génère 280 000 km² de Zone Economique Exclusive*, presqu’autant que la France continentale, Corse comprise : 345 000 km² !

Il n’est pas trop tard !

Car s’il a été signé en catimini le 1er juin 2010, le traité inique de « cogestion » de Tromelin avec l’île Maurice ne doit pas être ratifié.

–          Il est scandaleux car il concède en gestion partagée une partie de notre territoire sans aucune contrepartie : où est notre conception de la République « Une et indivisible » ?

 

–          Il est dangereux car il ne mettrait pas même fin aux revendications de l’île Maurice, sans parler du précédent créé de la sorte…

 

–          Il est unilatéral et déséquilibré car aucune réciprocité ou contrepartie ne sont prévues pour la France, qui serait perdante sur tous les plans.

 

De plus, s’il était, par malheur, ratifié, ce traité servira de fondement pour justifier, légitimer et accroître les revendications de Madagascar sur les îles Eparses, du Mexique sur la Passion – Clipperton voire, à terme, de l’Afrique du Sud ou de l’Australie sur les Terres Australes…

L’adoption de ce traité marquerait le début du démantèlement de notre domaine maritime, le deuxième au monde avec 11 millions de km², et la fin de la singularité française qui, si elle se croit continentale et européenne est en réalité maritime et mondiale….

Une mobilisation transpartisane avait écarté une première tentative de ratification en 2013 : aux côtés de Parlementaires de tous bords et de membres de la société civile, Tromelin avait pu compter sur la courageuse opposition du ministre de l’Outre-mer de l’époque, Victorin Lurel.

#Tromelindoitresterfrançaise

Non, Il n’est pas trop tard ! Mobilisez-vous, la nouvelle tentative de ratification de ce traité inique doit échouer… Il en va de l’honneur de l’Assemblée nationale que de montrer l’indépendance du Parlement et son souci de jouer un rôle de gardien des intérêts supérieurs du pays, de notre souveraineté nationale et du respect de l’article 1 de la Constitution française : « La France est une République indivisible » ! 

Signez en cliquant sur le lien ci-après pour empêcher la ratification de ce traité inique :  cliquer pour signer la pétition!

 

Pour plus d’informations, retrouvez l’interview de Philippe FOLLIOT paru dans Paris-Match en juillet 2013 : http://www.philippe-folliot.fr/wp-content/uploads/2013/07/Paris-Match-Tromelin-juillet-2013.pdf

 

 

Philippe Folliot, député du Tarn (UDI)

Gilbert Le Bris, député du Finistère (PS)

Laurent Furst, député du Bas-Rhin (LR)

Mon blog Vidéo